La Maison Nucingen

La Maison Nucingen

1904
235 pages (temps de lecture estimé : 4h00min)

Descriptif : Balzac présentait La Maison Nucingen, dont le titre devait être La Haute Banque, comme le revers de Grandeur et décadence de César Birotteau (1837), ces deux histoires “jumelles” appartenant aux Études de moeurs - Scènes de la vie parisienne. Elles présentent les mécanismes abstraits de la finance qui président à la faillite du petit bourgeois César Birotteau et à l’enrichissement du banquier Frédéric de Nucingen, figure composite de banquiers européens dont Balzac explore les traits dans ses autres romans. Ce qu’il entend critiquer avec ce personnage omniprésent dans La Comédie humaine est tout aussi hétéroclite : la finance, les affaires et les usuriers. En s’attachant à décrire ce monde complexe et peu intelligible, Balzac soulève la question de savoir ce que doit être la banque à l’ère industrielle, créatrice de nouvelles fortunes.

E. Flammarion (Paris)
1904
1837
© BnF collection ebooks 2015
Physiologie de l'employé
Physiologie de l'employé Honoré de Balzac Economie et société
La Maison Nucingen La Maison Nucingen
Honoré de Balzac
Littérature et classiques
Ajouter à une de mes bibliothèques
  • Créer une bibliothèque
  • Retirer de mes envies Ajouter à mes envies
Expand
00:00
0
Ajouter à une de mes playlists
  • Créer une playlist
  • Ajouter à la file d'attente
  • Retirer de mes envies Ajouter à mes envies
00:00
00:00
En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.